(ou l’Assiette Santé Planétaire)

La manière dont notre alimentation est produite, le choix des produits que nous consommons, et la quantité perdue ou gaspillée sont les principaux facteurs qui influencent à la fois l’avenir de la planète et la santé humaine.

En effet, le coût écologique de la production alimentaire est élevé, et le contenu de nos assiettes serait, entre autres, responsable d’environ un tiers des émissions de gaz à effet de serre et utiliserait 70% de l’eau disponible. 

Nous savons par ailleurs qu’une mauvaise alimentation – qu’elle soit insuffisante et carencée comme dans les pays pauvres ou excessive et déséquilibrée comme dans les pays riches – peut être responsable de graves problèmes de santé, pouvant aboutir à une mortalité prématurée.

Telle est la double problématique étudiée par la Commission EAT-Lancet qui a regroupé 37 scientifiques internationaux pendant 3 ans, afin de réfléchir à des systèmes de production alimentaire capables de subvenir aux besoins de tous d’une part, tout en préservant la santé des hommes et celle de la planète d’autre part, en tenant compte d’une population qui avoisinera les 10 milliards de personnes d’ici 2050.

« L’alimentation est le levier le plus puissant pour optimiser la santé humaine et la durabilité environnementale en tandem. »

Rapport de Synthèse Commission EAT-Lancet (01-2019)

Voici les principales recommandations émises dans le rapport de synthèse de cette Commission :

  1. Élaborer des régimes alimentaires sains, réduisant notamment de manière drastique la consommation de protéines animales et d’aliments ultra-transformés, en tenant compte des habitudes et spécificités de chaque population et de chaque territoire ;
  2. Mettre en œuvre des moyens de production compatibles avec les Objectifs de Développement Durables énoncés par les Nations Unies, en réorientant les politiques agricoles et marines vers une production de qualité plutôt qu’une production visant uniquement la rentabilité et la quantité ;
  3. Réduire les pertes et gaspillages alimentaires ainsi que les déchets, en améliorant les infrastructures après récolte, en optimisation et en réduisant les transports ainsi que la transformation et l’emballage des produits alimentaires, en instaurant une collaboration accrue tout au long de la chaîne d’approvisionnement, en formant et en équipant les producteurs et enfin, en éduquant les consommateurs.
Assiette Santé Planétaire type

Tout un programme !…

Y a du boulot, c’est certain. Et malgré l’urgence d’agir, la mise en œuvre de ces préconisations ne sera sûrement ni très simple ni très rapide !  D’autant qu’on peut faire confiance aux lobbies agro-alimentaires et industriels pour tenter de les ralentir, voire les empêcher…

Alors en attendant que les pouvoirs publics légifèrent et engagent des actions fortes pour faire changer les choses, chacun peut s’approprier certaines de ces recommandations pour se construire un régime alimentaire sain et durable, que je qualifierais de « flexitarien ».

Certes, le terme n’est pas très glamour 😉

Mais il englobe les  notions essentielles de variété, de diversité et d’adaptation, sans imposer de cadre rigide et sectaire, ce qui est capital à mes yeux !

Chacun est donc libre, en tant que consom’acteur et citoyen responsable,  de guider sa fourchette vers des choix pertinents pour sa propre santé, pour le bien-être de tous et pour la pérennité de notre belle planète !

Ainsi, l’évolution vers une alimentation flexitarienne saine et durable impliquera quelques changements majeurs dans nos assiettes.  

Sans surprise (pour moi en tout cas ;-), il s’agira, dans les pays les plus développés, de doubler la consommation d’aliments végétaux tels que fruits, légumes, légumineuses et noix, en contrepartie d’une réduction de plus de 50% de la consommation d’aliments d’origine animale, de graisses saturées, d’aliments ultra-transformés et de sucres ajoutés.

Les plats ci-dessous sont des exemples d’assiettes Santé Planétaire « flexitariennes » car composées majoritairement  de végétaux mais pouvant aussi contenir de petites quantités de poisson, de viande et de produits laitiers.

Quelques exemples d’assiettes Santé Planétaire

Elles reflètent et respectent les habitudes, les cultures, la géographie et la démographie locales.

Et vous ? Etes-vous flexitarien.ne ?

Avez-vous trouvé VOTRE alimentation Santé Planétaire ?

Si vous avez besoin d’aide pour y arriver, c’est par ici

Source : Rapport de synthèse de la Commission EAT-Lancet (janvier 2019)